Découvrez le Vrai du Faux concernant les métiers nautiques

Le métier de stratifieur composite est un métier d’homme ?
Faux

De plus en plus de femmes sont formées à ce métier, notamment sur la technique du drapage des pièces qui consiste à assembler différents tissus.

Quand on est stratifieur composite, on fait toujours la même tâche ?
Faux

C’est un métier où l’on peut choisir de se spécialiser et d’intervenir sur une étape précise de la fabrication d’un bateau ou bien au contraire d’être polyvalent. Il offre d’ailleurs de nombreux débouchés dans des secteurs industriels variés.

Le métier de stratifieur composite m’expose à des matières dangereuses pour la santé ?
Faux

Les règles de sécurité et les équipements de protection collective et individuelle vous protègent de tout risque. Le Groupe Beneteau s’engage à limiter l’exposition des collaborateurs en augmentant l’utilisation des techniques moins émissives (injection, infusion) et en substituant les résines et les colles par des produits à faible teneur en styrène.

Être stratifieur composite, c’est un peu comme être pâtissier ?
Vrai

Comme on fait un gâteau avec un moule, on fabrique des bateaux avec un moule et on entretient ce moule. Les métiers du moulage sont en quelque sorte des métiers créatifs !

On peut être assembleur bois sans avoir de diplôme ?
Vrai

Tu peux devenir assembleur de mobilier bois de nos bateaux sans qualification particulière. Nos tuteurs experts en interne te forment sur le terrain.

Pour être menuisier de finition, il faut être diplômé·e ?
Vrai

Le menuisier de finition peut être amené à utiliser des machines coupantes, il fait des ajustements de pièces bois pour les installer dans le bateau et il connaît les essences de bois.

Le menuisier ne travaille qu’à l’établi ?
Faux

Il peut être amené à travailler dans le bateau directement, en équipe et au contact d’autres métiers de finition.

L’accastilleur·se travaille souvent seul·e ?
Faux

En fonction de la taille et du modèle de bateau, l’accastilleur·se travaille seul·e ou en équipe, souvent avec des électriciens, mécaniciens, poseurs d’options.

Il n’existe pas de diplôme ou de formation spécifique pour devenir accastilleur·se ?
Vrai

Nos tuteurs experts te forment sur le terrain. Tu dois notamment maîtriser un ensemble de termes techniques que tu apprendras rapidement grâce au lexique qui est remis à chaque nouvel arrivant.

Les tâches du mécanicien plombier sont répétitives ?
Faux

Moteurs hors-bord, inboard, essence ou diesel, circuits électriques ou de refroidissement, systèmes hydrauliques, propulseurs d’étraves…Le mécanicien plombier a une mission complète et très diversifiée.

Il faut des muscles pour être mécanicien plombier
Faux

Nous avons dans nos usines des équipements de manutention permettant de réduire le port de charges. Tu es une femme et le métier t’intéresse ? Bienvenue à bord !

Les tâches de l’électricien·ne sont répétitives ?
Faux

Les avancées technologiques et le développement de la domotique impliquent de nouveaux défis d’équipements électriques que l’on retrouve dans nos bateaux.

Il n’y a pas vraiment d’évolution possible ?
Faux

Les électriciens sont aujourd’hui très demandés, que ce soit dans la construction nautique ou chez les concessionnaires qui entretiennent les bateaux tout au long de leur vie. On peut pratiquer dans une multitude d’environnements différents.

L’optionneur·se pose toujours les mêmes options ?
Faux

Climatisation, écrans de télévision, enceintes, éclairages… Le catalogue d’options existantes est très varié.

L’optionneur·se travaille toujours au même poste ?
Faux

L’optionneur·se intervient à différents endroits de la production selon l’option qu’il ou elle doit installer.

On peut devenir gap leader en ayant commencé par être opérateur de production ?
Vrai

La majorité de nos gap leaders sont issus de la production, ce qui leur donne une très bonne connaissance des savoir-faire, des produits et des équipes.

Pour certains postes de superviseur (notamment en expédition), il faut tout connaître du bateau en terme technique ?
Faux

Comme beaucoup de compétences, la connaissance technique du bateau s’acquiert. Le plus important dans ce métier ce sont les compétences managériales et l’appétence pour la technique.

On peut être junior et accéder à un poste de superviseur ?
Vrai

Tous les nouveaux managers sont accompagnés dans leur prise de fonction et suivent un cursus de formation managériale. Cela permet aux profils plus junior d’intégrer le Groupe Beneteau.

Il faut être un expert technique pour devenir responsable d’atelier ?
Faux

Les qualités premières d’un responsable d’atelier sont ses qualités de manager pour accompagner et faire grandir son équipe de superviseurs. Dans ce métier, on trouve des profils provenant de différents environnements industriels.

Il faut connaître les différents métiers de la construction nautique ?
Vrai

Le bateau, c’est un produit technique à haute valeur ajoutée. Responsable d’atelier demande une curiosité technique pour comprendre les différents métiers qui interviennent dans la construction. Un peu comme un chef d’orchestre doit connaître les différents instruments de musique mais sans savoir nécessairement comment en jouer.

Je n’y connais rien au bateau, les métiers de la construction nautique c’est pas pour moi ?
Faux

Il y a une grande variété de métiers dans la construction nautique pour lesquels il n’est pas nécessaire de savoir naviguer et qui sont accessibles grâce à des formations ouvertes à tout type de profil.

On travaille avec des produits chimiques pour construire des bateaux ?
Vrai

C’est la raison pour laquelle les règles de sécurité sont très strictes dans les ateliers. Le port des équipements de protection collective et individuelle est obligatoire pour te protéger lors de ton travail.

Dans les ateliers de production, on fait toujours la même chose et on travaille seul toute la journée ?
Faux

Tous nos métiers de construction nautique nécessitent de la polyvalence et un vrai travail d’équipe. Chaque poste nécessite une multitude d’opérations et de gestes différents chaque jour.

Dans les métiers support, on travaille la majeure partie du temps dans un bureau, derrière un écran ?
Faux

Qu’il s’agisse d’une mission qualité, sécurité, logistique ou méthodes, les métiers supports dans le Groupe sont des métiers de terrain, au contact des équipes.

ultricies felis efficitur. risus risus. adipiscing commodo id